Faciliter la reouverture des terrasses à wattrelos


Ce mercredi 19 mai 2021 les terrasses de restaurants, cafés et autres lieux de convivialité vont enfin pouvoir être réouvertes.

C’est acté, mercredi nous pourrons reprendre le café en terrasse et même y prendre le déjeuner. C’est bien, c’est même très bien. En fonction des territoires la mise en place de ces terrasses sera plus ou moins difficile.

A Wattrelos je crains que la plupart de nos lieux de convivialité ne puissent être ouverts faute de terrasses permettant de ne pas ouvrir à perte.

Je préconise aux commerçants, chaque fois que cela sera possible, de solliciter le droit d’empiéter, à titre gratuit, sur le domaine public et notamment sur les places de stationnement face à leurs établissements. Evidemment il n’est pas question de faire cela n’importe comment. Il faut d’abord faire une demande auprès des services municipaux qui pourront étudier la faisabilité d’installer une terrasse éphémère sur le domaine public. Nous devons assurer la sécurité de chacun et il n’est donc pas possible de supporter des terrasses sauvages. La ville aura à sécuriser les empiètements sur la voie publique, elle sait le faire.

Comme vous le savez les installations de stands, terrasses etc. sur le domaine public sont payantes. Il va de soi qu’en pareille période et en soutien avec nos artisans commerçants je demande donc au maire à ce que les extensions provisoires ne soient pas facturées.

Voilà une mesure simple et pratique qui pourrait donner un coup de pouce au redémarrage de l’économie pour les cafetiers et restaurateurs pour peu que l’emplacement de leurs commerces permette la mise en place de la disposition présentée.

Jean-François SOYEZ, 16 mai 2021

Si vous constatez des erreurs n’hésitez pas à en informer l’auteur.

CONSEIL MUNICIPAL ET TRANSPARENCE ! fin.


Comme vous avez pu le lire dans notre précédent article ou dans la PQR (presse quotidienne régionale) la ville de Wattrelos a, pour la première fois de son histoire, retransmis en direct son premier conseil municipal. C’était le 23 janvier 2021. Ne revenons pas sur l’énergie que cela a demandé aux membres de votre groupe pour faire une telle avancée démocratique. Souvenons-nous surtout que la majorité n’était pas favorable à la diffusion des conseils. Pour elle c’est une source d’ennuis pour la ville et « <em>la littérature abonde dans ce sens M. SOYEZ. Je vous la ferai parvenir !</em> » (NDLR : à ce jour la littérature ne nous a pas été envoyée) avait lancé le maire. Et comme pour conforter sa position il affirmait, avec madame OSSON, que ces conseils étaient peu regardés ! Ils osaient même citer l’exemple de Roubaix qui, d’après nos élus, n’avait qu’une moyenne de vues de 28. Pipeau, les chiffres sont bien plus élevés !Comme vous avez pu le lire dans notre précédent article ou dans la PQR (presse quotidienne régionale) la ville de Wattrelos a, pour la première fois de son histoire, retransmis en direct son premier conseil municipal. C’était le 23 janvier 2021. Ne revenons pas sur l’énergie que cela a demandé aux membres de votre groupe pour faire une telle avancée démocratique. Souvenons-nous surtout que la majorité n’était pas favorable à la diffusion des conseils. Pour elle c’est une source d’ennuis pour la ville et « la littérature abonde dans ce sens M. SOYEZ. Je vous la ferai parvenir ! » (NDLR : à ce jour la littérature ne nous a pas été envoyée) avait lancé le maire. Et comme pour conforter sa position il affirmait, avec madame OSSON, que ces conseils étaient peu regardés ! Ils osaient même citer l’exemple de Roubaix qui, d’après nos élus, n’avait qu’une moyenne de vues de 28. Pipeau, les chiffres sont bien plus élevés !

Les conseils municipaux retransmis sont de plus en plus regardés en direct comme en rediffusion. Balancer des chiffres et des assertions ne fait pas la vérité. D’ailleurs monsieur Baert et madame Osson auront pu constater que leur point d’analyse était faux ! En effet, le conseil municipal du 23 janvier dernier a connu un premier petit succès avec jusqu’150 personnes connectées à la vidéo en direct. Le seuil minimum se maintenait, lui, à environ 100 connexions. Ce n’est pas rien surtout quand on sait que la plus grande partie de ce conseil était consacrée au ROB (Rapport d’Orientation Budgétaire) dessiné par la majorité. Bien qu’important, le sujet a pu paraitre soporifique pour bon nombre des personnes qui se sont déconnectées.
La vidéo-retransmission est un outil au service du concitoyen, du politique mais aussi et surtout au service de la vérité. En effet, une déclaration faite par l’un ou l’autre des élus et à condition qu’elle ne soit pas sortie de son contexte est une preuve imparable permettant de remettre chacun devant ses propos et responsabilités.

Que vive la démocratie à Wattrelos comme partout dans notre pays, que chaque citoyens prenne conscience que sa voix compte, et ce, quelles que soient ses opinions politiques, sa condition sociale et professionnelle.

S’il est important de reconstruire et à tout le moins de relever la France il est indispensable de renforcer les fondations de notre nation et cela commence au sein de chacune de nos commune.

Conseil municipal et transparence ! Nous avons obtenu la video-retransmission


Sur le site de la ville de Wattrelos, dans la section « conseil municipal » vous pouvez voir ceci :

Capture d’écran : https://www.ville-wattrelos.fr/videos-et-comptes-rendus-des-votes-du-conseil-municipal

Pour la première fois le conseil municipal de Wattrelos a été enregistré et retransmis en direct depuis le site de la mairie.
Une bonne chose puisque cela a été l’un des projets portés durant la campagne municipale dans le chapitre démocratie locale. Le maire n’en voulait pas. Nous ne lui avons pas laissé le choix ; s’il était démocrate il devait accepter cette avancée importante !

Le 15 octobre 2020 nous revenions sur le thème par le biais d’une question orale :

Question orale posée par le groupe plus belle, plus sûre, plus propre. Wattrelos retrouve la flamme lors du conseil municipal du 15 octobre 2020

On vous passe, bien volontiers, les multiples critiques et tentatives de dissuasion du maire pour obtenir la confirmation de la mise en place de la vidéo-retransmission mais aussi la date de la première diffusion.
« Dès le conseil de décembre (2020) la vidéo-retransmission sera mise en place » déclarait le maire. Finalement le Maire nous a demandé de patienter un peu car « le CM (Conseil Municipal) de décembre sera très court et cela serait dommage de faire appel à une société pour réaliser la retransmission, le coût n’est pas anodin ». Conscient que les deniers publics ne sont pas au beau fixe et que dépenser 5000 euros environ pour un CM de 20mn n’était pas une bonne solution nous avons accepté le report de la retransmission sur les CM à partir de janvier 2021.

A propos du coût de l’enregistrement vidéo nous avions appris en commission des finances l’étendue des sommes nécessaires à celui-ci. Cela allait de 5000 euros par CM en faisant appel à une société privée à près de 100000 euros en renouvelant le mobilier du conseil par des tables équipées de caméra et de micro. Conscient que de telles sommes étaient démesurées pour une ville pauvre (oui Wattrelos est pauvre !) nous avons opté pour une troisième option qui, pour quelques milliers d’euros d’investissement dans des caméras de hautes qualité permettrait de répondre à la situation : Le captage du CM pourrait se faire par notre service de communication quitte à devoir financer une formation spécifique. Cette dernière proposition offrant l’avantage d’être la plus économique en termes d’investissement et de frais de personnel. De plus, les caméras achetées pourraient être utilisées dans d’autres situations comme lors de manifestations publiques par exemple.

Ce 15 octobre 2020 le CM devait se prononcer sur le règlement intérieur du conseil municipal et nous y avions apporté un amendement :

Amendement présenté le 15 octobre 2020 par le groupe plus belle, plus sûre, plus propre. Wattrelos retrouve la flamme

Cet amendement, après moultes tentatives, de la part du maire, nous invitant à le retirer a été refusé ! La démocratie doit, visiblement, être distillée à dose homéopathique dans notre ville !

Nous refusons le mépris, et la façon qu’a la majorité de « jouer » avec la démocratie que vous réclamez, chers concitoyens. Avec vous et pour vous nous continuerons de lutter contre un exécutif qui se met en avant en méprisant vos représentants.

Tout est bon pour nous faire taire !


Je suis agacé et même énervé ce soir!

A moins de 24h du conseil municipal (demain à 9h) transmis pour la première fois en direct sur le site de la ville de Wattrelos, le Maire a trouvé le moyen de me faire bondir!

Que s’est-il passé ?

Comme spécifiez dans le RI (règlement Intérieur du conseil municipal) les groupes doivent déposer leurs vœux et demande d’intervention 48h avant la tenue du conseil.

Durant la campagne électorale nous avons abordé beaucoup de sujets et, parmi eux, celui de la condition animale et particulièrement celle des chats et des chiens.

Au conseil municipal de demain nous avions déposé le vœu de mettre en test le projet CHAPITI proposé et en bonne partie financé par l’association One Voice (CHAPITI: projet contre l’errance féline). Pour découvrir le projet proposé je vous invite à cliquer ici et à lire le vœu, plus bas, tel qu’il devait être expliqué au Conseil Municipal.
Ce soir la mairie m’informe que :

  • – La stérilisation des chats fait partie du programme municipal. Il en sera question dans la communication prévue lors du Conseil de ce samedi dans le cadre de la présentation du programme Ville Nature,

Sauf erreur aucun rapport étudié pour ce CM ne parle de la stérilisation des félins !

  • – Mme Boitte Emeline, Conseillère Municipale Déléguée au bien-être animal,  a d’ores et déjà travaillé sur une campagne de stérilisation des chats : une convention avec une association habilitée est prévue pour le printemps,

Là encore le Maire fait un raccourci car si notre vœu CHAPITI inclut la stérilisation des chats il n’en est pas le point essentiel.

Pour terminer le Maire dit que nous aurions dû déposer notre vœu à la commission des travaux.

J’ai répondu au Maire en lui faisant part de ma grande déception et de ma colère. On propose un vœu et il le rejette tout en disant qui vont faire le nécessaire. Ira t-il jusqu’à reprendre l’installation des abris ?

Au-delà de tout je considère qu’un tel rejet est irrespectueux du travail de fond et de présentation qu’à fait ma collègue Marjory FARACI en proposant de tester le plan CHAPITI sur notre territoire. Les gens qui aiment les chats et, au-delà, tous les animaux apprécieront.

Voici in extenso le texte qui devait être proposé demain, 23 janvier 2021. Bonne lecture et surtout ne vous privez pas de réagir, y compris auprès du maire si vous estimez que le sujet proposé méritait d’un défendu lors du conseil municipal.

« 

Monsieur le Maire, chers collègues, mesdames, messieurs, bonjour,  

Le vœu que je vous propose est à la fois technique et très simple. Pour l’aspect technique vous pourrez vous référer aux documents qui vous ont été envoyés récemment.  

Je vous propose la mise en place d’un dispositif permettant à la fois la stérilisation, les soins, l’hébergement et le suivi des chats.  

En effet, à Wattrelos une grande prolifération de chats errants nuit aux riverains mais aussi aux chats eux-mêmes. Un manque de campagne de stérilisation de ces animaux peut engendrer, en plus de leur multiplication, un problème sanitaire tel que la toxoplasmose particulièrement grave chez la femme enceinte mais également induire une contamination entre congénères. 

Sachez, qu’un couple de chats non-stérilisés peut engendrer jusqu’à 20 000 descendants en 4 ans ! Il est donc impératif de maîtriser la prolifération des chats errants dans la ville.  

Notons que d’autres désagréments perturbent également les riverains comme l’odeur d’excréments et d’urines dans les chêneaux, sur les plateformes, les jardins, amenant l’insalubrité aux quatre coins de nos rues. Ajoutons à cela les bruits de bagarres et de miaulements aux moments des chaleurs… Seulement au-delà de tous ses désagréments, il y a avant tout un énorme problème éthique, car la souffrance des chats est bien réelle : la faim, la soif, les intempéries et la violence dont ils sont victimes. Il y a aussi une menace pour la biodiversité, notamment pour les oiseaux sujets au le stress et à la peur de la prédation. Alors quoi faire ?!  

Je vous propose de nous inspirer de ce qui se fait déjà dans de nombreux villages et communes, le projet CHAPITI porté par l’association ONE VOICE qui depuis 1995 travaille avec les ministères, les autorités comme la gendarmerie et la DSV (direction des services vétérinaires).  

CHAPITI propose un partenariat ville, association protectrice animale locale afin d’améliorer les conditions sanitaires, de soins apportés et un accueil pour les chats par une mise à disposition d’un chalet type « abri de jardin » ainsi qu’une participation financière à l’achat d’une clôture grillagée ; non obligatoire mais fortement recommandée pour leur sécurité et celle du chalet. Cela contribue également à la réduction des nuisances subies par les riverains. Les chats restent libres de leurs allers et venues.  

Pour commencer, une expérimentation d’un CHAPITI, sur notre territoire, dans un de nos quartiers servirait de test avant de l’étendre dans les autres. Sachant qu’à chaque installation d’un Chapiti, les conditions sont reconduites. L’association qui s’occupera du projet pourra s’appuyer sur des volontaires issus des conseils citoyens. 

A la charge de ONE VOICE :  

– Le financement du chalet choisit parmi ceux proposés par ONE VOICE  

– Deux chatières, fournies, à installer sur le chalet 

– Le panneau d’information  

– Le financement des frais vétérinaires pour la stérilisation, castration, l’identification, le test FIV/FELVi et les soins dans l’immédiat jusqu’à la capacité maximum de 15 chats par chalets. 

A la charge de la mairie :  

– la préparation du terrain pouvant accueillir le chalet, posé sur une dalle béton afin que le chalet ne prenne l’eau (mais du béton on n’en manque pas).  

– le montage du chalet en bois (différentes tailles de chalet à disposition, à définir en fonction du nombre de chat à accueillir) et de ses deux chatières 

– un enclos grillagé avec portillon et chatière(s), facultatif, bien que recommandés (avec une participation jusqu’à 300€ TTC de l’association ONE VOICE)  

– L’entretien de la structure du chalet 

– la pose du panneau d’information  

A la charge de l’association protectrice animale :  

– Aménagement intérieur du CHAPITI (étagères, cartons, couvertures, bacs, gamelles etc.) grâce aux dons et bénévoles.  

– Le nettoyage du CHAPITI ainsi que les accessoires  

– Achat et approvisionnement en nourriture, eau et litière (organisation de collectes, etc.)  

– Le suivi des soins et frais vétérinaires au long cours.  

Ce partenariat apporterait une meilleure maîtrise de la population féline, une amélioration considérable sur le plan sanitaire et éviterait de générer des conflits entre protecteurs et détracteurs des chats.  

CHAPITI n’est pas seulement un lieu de vie pour les chats, c’est aussi un outil majeur de sensibilisation du public à la vie des félins. Il se veut également générateur de lien social, en fédérant la population autour du chat.  

Pourquoi ne pas implanter, par la suite, un CHAPITI dans un secteur proche d’une association de jeunes afin de les sensibiliser et les responsabiliser à la cause animale. L’association protectrice animale locale sera choisie par la mairie et je me permets de vous rappeler qu’à Wattrelos il en existe une : « Les CH’TIS POILUS ». Bien évidemment un accord est établi et la répartition des charges citées ci-dessus peut être modifiée entre vous. Il serait souhaitable qu’une subvention soit allouée à l’association que vous aurez choisie afin de l’aider à supporter la charge financière des différents frais.  

J’en ai fini, Monsieur le Maire, chers collègues, mesdames, messieurs, merci de votre écoute. » 

Soutenez-nous en réagissant, en partageant cet article, en demandant au maire d’arrêter de récupérer à son avantage le travail et propositions de notre groupe.

N’hésitez pas non plus à devenir membre du rassemblement national et à lutter contre des comportements d’un autre temps !