« Dominique Baert nommé ministre »


Dominique Baert. Croix le 7 février 2011. Photo : Jean-François SOYEZ

« Il attendait cela depuis près de vingt ans ; c’est fait ! Dominique BAERT, maire de Wattrelos depuis 2001 rentre au gouvernement… » Voilà ce que pourrait être le titre en première page de notre PQR « Presse Quotidienne Régionale » d’ici à mercredi prochain.

De Jospin à Macron le maire de Wattrelos est, je le cite, « le meilleur ami » des plus grands, des puissants. Je l’entends redire « Hollande est mon meilleur ami » puis « Valls est mon meilleur ami » et même plus récemment « tu te rends compte de ce qui est arrivé à Jérôme (Cahuzac). Ce n’est pas possible qu’il ait fait ça… Je le connais très bien c’est « mon meilleur ami ». Cette dernière phrase Dominique BAERT me l’a dite, dans son bureau, quelques heures avant les aveux du ministre…

Après le « je t’aime, moi non plus avec Martine Aubry » le maire de Wattrelos à trouver de nouvelles amours ; celles des puissants. Quel séducteur cet homme-là ! Je le revois en train de draguer, dans ses discours, des personnalités du centre ou de droite que j’accompagnais. De Maurice LEROY à Fadela AMARA, qui me souffla à l’oreille, tout en dégustant son sandwich merguez « s’il croit qu’il va l’avoir son enveloppe… » La drague, comme l’humour, font partie du personnage du personnage.

Il faut dire, quand même, que Dominique BAERT, aurait pu être ministre au début de sa carrière politique. Seulement voilà « ses amis » ne l’ont pas appelé. D’une certaine façon je comprends sa déception… Depuis, l’homme de gauche a continué son bonhomme de chemin, bon an, mal an.

La ville de Wattrelos était mal en point et les années passant rien ni personne n’est venu sauver le soldat BAERT, pas même le général HOLLANDE, le meilleur ami. La ville pauvre est restée pauvre. Parfois les meilleurs amis savent qu’il faut prendre du recul.

Alors le maire ambitieux, plus tout à fait de gauche (?) s’est trouvé un nouvel ami : Emmanuel MACRON le tout jeune Président de la République, banquier de son état comme l’édile. Les amours entre les deux hommes semblent au beau fixe. D’abord désigné membre du comité des prélèvements obligatoires, en 2018, par le Président lui-même. Ensuite promu au grade d’officier de la Légion d’honneur, par le premier de cordée le 14 juillet 2018, il est enfin nommé conseiller maître en service extraordinaire à la Cour des comptes, à compter du 1er janvier 2020. Cour des comptes qui durant près de vingt ans n’aura jamais cessé de critiquer la gestion de la ville !

Dominique BAERT se voyait un destin national, l’obtiendra-t-il avec ce nouveau « meilleur ami » ? Rien n’est impossible car Emmanuel MACRON est l’homme qui aura montré le plus de considération au maire et ancien député BAERT. Le premier magistrat de la ville aura-t-il, cette fois, ce qu’il espère depuis si longtemps ? Son vœu de 2019 : Être réélu maire, ça c’est fait, merci la COVID-19, devenir Ministre macroniste et, si son rêve se déroule toujours aussi bien, redevenir député en 2022 ?

Une chose est sûre ; pour le maire de Wattrelos c’est le dernier espoir pour un destin national ! Au cas où cet avenir, sous les plafonds dorés de la République, ne venait pas à lui alors, l’homme aura été trahi par ses « meilleurs amis » et comprendra que ce qu’il aura subi est désagréable. Aussi désagréable que le mépris qu’il aura montré à des milliers de wattrelosiens qu’il n’aura pas su écouter, pis, qu’il aura méprisé.

Verdict tout prochainement.

Jean-François SOYEZ

Wattrelos. Terrible accident le 1er juillet 2020


Un terrible accident est survenu sur notre territoire hier soir (La Voix Du Nord).
Je pense aux blessés à qui je souhaite un prompt rétablissement mais aussi aux habitants de la maison sérieusement abîmée.

Une enquête de police est en cours il est donc prudent de garder le recul nécessaire sur cette affaire. Cependant, nous le voyons régulièrement, notre ville connait un accroissement d’accidents graves et même dramatiques. On pourra toujours incriminer la vitesse qui est, en l’espèce, l’une des possibles raisons de l’accident. L’enquête le dira.

Que faire pour limiter les risques d’accident ? Nous nous interrogeons tous et je ne suis pas sûr que quelqu’un ait la solution. Ici, la vitesse est limitée à 30KM/H comme l’indique l’article de presse relatant les faits. Le véhicule roulait probablement trop vite à en croire les riverains.
Quelles sont donc les mesures pouvant être mises en place? A mon sens il convient d’abord de « casser la vitesse » en installant des ralentisseurs. Attention toutefois à ce que ces derniers ne soient pas trop élevés car certains de « casseurs de vitesse » sont si hauts que même à 20KM/H l’automobiliste est secoué. Ne voulons pas la casse de vitesse et la casse des automobiles. Adaptons les coussins de ralentissement au terrain, aux rues et routes concernées… Je préconise de faire procéder à la pose de systèmes de ralentissement partout où l’accidentologie est élevée. Je demande donc à la mairie de travailler à l’étude des différents points noirs de notre ville et de faire poser les systèmes les plus appropriés pour chaque endroit. Il s’agit d’une mesure indispensable pour améliorer la sécurité sur nos routes. Ce qui est aussi indispensable c’est de travailler rapidement avec les différentes institutions en charge de nos routes. La ville n’a pas la compétence sur tout. En revanche, autant pour prévenir les accidents que pour rechercher les responsabilités lorsque cela se produit, j’insiste encore sur l’importance de la vidéo. Le système vidéo offre deux grandes possibilités : d’abord, lorsqu’elle est visionnée en direct elle permet, le cas échéant, de mobiliser les secours et forces de police plus rapidement tout en conservant le film qui servira, au besoin, à l’enquête. La vidéo permet également, même si elle n’est pas visionnée en direct, de capter les faits et éléments de preuves bien utiles lorsqu’un accident se produit, comme ici. Conformément à mon souhait d’améliorer la sécurité dans notre ville, et qui date du début des années 2000, avant même l’arrivée des premières caméras, je continue de prôner le maillage vidéo de notre territoire. Commençons par les secteurs accidentogènes et lieux de violences et de trafique en tous genres.
Réclamons davantage de force de police municipale, il faut presque doubler nos effectifs. Enfin, à quoi serviraient les mesures que je vous propose si nous ne disposons pas d’un véritable CSU (Centre de Surveillance Urbaine) dans lequel arriveraient les images sur les écrans d’agents assermentés ? A rien. Alors, il est temps de mettre la sécurité au cœur de nos préoccupations en mettant en place un CSU digne de ce nom.
On m’opposera le coût de ces mesures… Oui cela coûtera cher mais la part communale sera la plus réduite possible grâce aux différentes subventions que le Maire pourra obtenir. A qui me dirait que de telles mesures seraient inutiles je pose une seule question : si vous étiez victime d’un accident ou d’une agression, trouveriez vous toujours la vidéo captation inutile ?

Jean-François SOYEZ, le 2 juillet 2020.

Préparation du Conseil Municipal du 2 juillet 2020. Au travail !


S’impliquer dans la vie politique locale demande beaucoup de temps et de travail. Votre équipe du Rassemblement National de Wattrelos s’est engagée, elle est et restera au travail pour l’intérêt des wattrelosiennes et wattrelosiens, pour faire de Wattrelos une ville plus belle, plus sûre, plus propre.

Notre équipe reste à votre disposition.

Vos élus RN et société civile de Wattrelos
Vos élus RN et société civile en pleine préparation du conseil municipal.

Après-midi studieuse à notre permanence du centre Stalingrad. Après avoir assisté à nos différentes commissions et lu les 35 rapports qui seront soumis au vote lors du #ConseilMunicipal de demain, tout notre groupe a planché sur les positions à adopter.

Les discussions ont, comme d’habitude, été intéressantes car nous avions parfois des divergences de point de vue. L’intelligence collective c’est de débattre, même entre nous, afin de progresser ensemble. Au final les décisions se sont prises à la majorité.

Nous assumerons nos choix et si sur certains dossiers nous serons amenés à l’abstention ce n’est pas par pure opposition mais surtout parce que nous aurons estimé ne pas avoir suffisamment d’éléments pour prendre une position éclairée.

Évidemment nous avons pris le soin de soutenir ce qui est bon, à notre sens, pour la ville et nos concitoyens, comme c’est le cas sur des propositions favorables aux plus en difficulté.

Ce soir nous ne donnerons pas nos choix sur les différents rapports car il est normal d’attendre que le Conseil ait eu lieu pour préciser nos positions.

Je tenais à assurer les wattrelosiennes et wattrelosiens, quelle que soit leur tendance politique, que nous sommes au travail avec le sens des responsabilités et que nous serons le plus juste possible dans nos choix et dans nos propositions. Je déposerai notamment deux vœux qui nous tiennent à cœur.

Nous reviendrons sur ce Conseil un peu plus tard. Pour l’heure nous ne sommes pas en marche mais au travail !

Je reste, avec mes collègues, à votre écoute.

Très cordialement,

Jean-François SOYEZ

Wattrelos Rassemblement National

Vidéo du Conseil Municipal d’installation de Wattrelos. An 2020


Conseil Municipal d’installation de Wattrelos. 27 mai 2020. Copyright Ville de Wattrelos

Conformément aux dispositions de l’article 10 de l’ordonnance[1] n° 2020-562 du 13 mai 2020, et sauf erreur, le conseil municipal d’installation de Wattrelos n’a pas été retransmis en direct, ni même dans son intégralité.  Le conseil municipal s’est tenu à huis clos et seul un invité par élu et préalablement annoncé pouvait entrer dans la salle du conseil ou une pièce annexe. De fait, la population dans son ensemble a été privée de son droit d’accès au conseil municipal.

Le conseil a duré deux heures et la vidéo a subi un montage pour n’en retenir que 23 minutes. Pour la majorité 23 minutes cela semble déjà trop long car j’ai appris que la première version ne durait que 8 minutes ! On nous dit que le montage a pour but d’éviter les blancs, soit… Mais où sont donc passés les votes car nous avions un total de 18 rapports sur lesquels nous avions à nous prononcer. Si, pour en réaliser moi-même, je sais que les blancs sont pénibles dans les vidéos et qu’il est donc nécessaire, bien souvent, de faire des coupes, je me dis qu’en la matière l’avoir fait pour le Conseil Municipal est une faute. Qui imagine que les questions au Gouvernement (#QAG) soient diffusées en différées et après avoir subi des coupes ? Pas moi. En politique ce genre de méthode peut très bien cacher des moments intéressants ou des manquements aux règles. Je ne dis pas que c’est le cas ici, je laisse nos concitoyens apprécier la méthode…

Si les discours de MM. BAERT, RICCI et SOYEZ sont bien dans le film, où est donc passée la longue intervention de Mme la Doyenne qui n’était rien d’autre qu’un discours politique vantant les mérites du maire réélu ? Ses propos ne sont pas interdits mais pourquoi ne pas les avoir diffusés ? Cela aurait-il gêné la majorité ou peut-être madame la doyenne Martine Leblanc qui présidait cette assemblée ? Quoi qu’il en soit c’était une déclaration publique et elle devait donc être publiée dans ce document. Un élu est un personnage public au sein de l’assemblée municipale et sa voix compte, ses propos également. J’espère, à défaut de voir diffuser l’intégralité du conseil, que les propos de Mme Leblanc seront rajoutés au film. Si par ailleurs on pouvait y voir et entendre la Députée Osson marmonner « ce n’est pas la doyenne, c’est madame la présidente » après que je me suis adressé à Mme Leblanc cela montrerait combien la députée peut être désagréable ! Je rappelle au passage, s’il le fallait encore, qu’être la plus âgée de l’assemblée c’est en être la doyenne et le Code Général des Collectivités Territoriales ne dit rien d’autre. Si madame Osson a un problème avec la langue française, qu’elle se taise plutôt que tenter de jeter l’opprobre sur un membre de l’opposition. Ne lui en déplaise les membres du Rassemblement National qui sont élus, comme elle, ont également droit au respect. D’ailleurs, je mets en garde quiconque aura la mauvaise idée de mépriser notre groupe ou l’un de nos élus. La réponse sera immédiate ! En insultant l’un d’entre nous c’est la première force d’opposition de la ville (et non du Conseil) que l’on insulte. Nous, élus, avons le cuir épais mais nous n’accepterons jamais l’injure, l’insulte, le mépris ou la diffamation. Nous attaquer c’est s’en prendre à une large partie des électeurs de la ville. Il n’est pas question de laisser faire. C’est dit et redit !

Le groupe « Plus belle, plus sûre, plus propre. Wattrelos retrouve la flamme » est un groupe respectueux, qui prendra part aux débats et sera une force de propositions qui se fera entendre. Nous nous sommes engagés pour les wattrelosiennes, les wattrelosiens, la ville et l’intérêt général. Nous serons justes et dignes tout au long de notre mandat. La politique à l’ancienne avec ses parts d’ombre, c’est fini. Nous exigeons de la clarté, de la transparence et une véritable démocratie. Certaines de nos propositions de campagne semblent avoir été entendues et même si la majorité s’en défendra nous ne pourrons que nous réjouir de leur prise en considération, et ce, dans l’intérêt de l’ensemble de notre population. Il y a beaucoup de choses à faire encore avant que Wattrelos trouve le rayonnement qui devrait être le sien et s’il faut patienter 6 ans pour que nous puissions enfin agir, dans la majorité, nous serons sur le pont à chaque instant pour veiller à ce que le maire et son équipe pensent « collectif » car aucun habitant ne doit être oublié. La fonction de maire est la plus belle qui soit mais faut-il encore qu’elle soit conduite par des femmes et des hommes qui ont à cœur de représenter, comme nous le faisons, chaque électeur et toutes les forces vives de notre ville.

Si Wattrelos est une ville au cœur qui bat nous ne pouvons qu’espérer, tous ensemble, qu’on puisse un jour débrancher les perfusions qui la maintiennent en vie.

Pour le groupe « Plus belle, plus sûre, plus propre. Wattrelos retrouve la flamme« 

Jean-François SOYEZ, 4 juin 2020


[1]  Ordonnance n° 2020-562 du 13 mai 2020, article 10 : Le caractère public de la réunion est réputé satisfait lorsque les débats sont accessibles en direct au public de manière électronique.
Lorsqu’il est fait application de l’alinéa précédent, il est fait mention de cette décision sur la convocation de l’organe délibérant.